L’Italie est le premier producteur de vin au monde et le premier exportateur en volume : cette hégémonie est en partie due à l’hétérogénéité de l’offre. D’une façon générale, avant les années 1960, il s’agissait d’une production bon marché et peu réputée. Depuis, les appellations ont été protégées — et les exploitations, souvent plus petites qu’en France, sont renommées pour leurs grands crus.

Les meilleurs vins italiens

Il existe quatre catégories de vins en Italie — de la moins encadrée à la plus restrictive : les vins de table sans appellation, les IGT (vins du pays), les DOC (équivalents à nos AOC) et les DOCG, répondant à des normes encore plus strictes. Spontanément, on aurait tendance à croire que les crus les plus savoureux entrent dans ce dernier groupe. Contre toute attente, les vins les plus appréciés sont les IGT, les vins du pays.

Dans la région Piémontaise, le Barolo est reconnu depuis le Moyen-Âge d’après Le Petit Ballon — et la légende dit que Louis XIV en buvait à table. Dans le même secteur, très productif, on trouve le Barbaresco, également réputé. Le Piémont est considéré comme une terre de contrastes : on y trouve aussi bien des vins tanniques au fort potentiel de garde que des saveurs plus légères et sucrées, comme l’Asti Spumante.

De la Toscane aux Pouilles, un potentiel sans limite

La découverte des vins d’Italie est toujours riche en surprises : d’une région à l’autre, on peut goûter des boissons très différentes. Territoire béni des Dieux pour la vigne, la Toscane est centrale dans la production de grands vins rouges à partir du Sangiovese, un cépage noir. Entre Florence et Sienne, le Chianti domine — il est classé DOCG, tout comme le Vino Nobile Di Montalcino, produit sur les collines au sud-est de Florence.
Au sud de l’Italie, des régions comme les Pouilles et la Sicile vivent de la viticulture : sur 400 kilomètres, le vignoble des Pouilles concentre 18 % de la production nationale et regroupe 25 DOC donctCastel Del Monte, Locorotondo ou encore San Severo. Enfin, les vins de qualité de Sicile plaisent à l’unanimité : on y conçoit essentiellement des blancs typés uniques, au pied de l’Etna.